Valse à trois temps en petite section…

A propos du départ d’Aurélie

De nombreux parents d’élèves de maternelle ont accepté de signer la pétition accompagnant le courrier envoyé à Monsieur l’Inspecteur d’académie le 15 avril dernier en lien avec l’annonce du départ d’Aurélie (maîtresse d’une des classes de petite section depuis septembre). 

Nous demandions dans ce courrier qu’Aurélie soit maintenue jusqu’à la fin de l’année sur le demi-poste vacant suite au retour à mi-temps, après un congé maternité, de Cécile la maîtresse titulaire. Ceci aurait permis d’établir une continuité pédagogique et psycho-affective pour les enfants, ce qui nous paraissait important, a fortiori dans le cadre de la première année de scolarisation.

Accessoirement, cela aurait également permis de respecter au moins en partie l’engagement moral qui avait été donné à Aurélie, selon lequel elle assurait le remplacement pendant toute l’année scolaire (ce qui l’avait amené à nouer des liens durables avec les élèves et les parents et à manifester un investissement particulier dans la préparation de l’année scolaire).

Comme nous l’avons tous constaté, cette demande n’a pas été acceptée. C’est une autre maîtresse, Pauline, qui a pris en charge le mi-temps complémentaire, les enfants alternant donc depuis la rentrée des vacances de Pâques avec deux nouvelles maîtresses.

En réponse à notre courrier, l’Inspection académique a indiqué qu’il avait été proposé à Aurélie de rester sur ce mi-temps et d’assurer par ailleurs des remplacements sur deux autres écoles, ce qu’elle a finalement – on peut le comprendre – refusé.

Quel bilan tirer de cette situation ? Le fait que la logique administrative et la gestion des contraintes statutaires l’ont emporté, sans autre forme de procès, sur l’intérêt des élèves et sur la continuité et la cohérence pédagogique. Au-delà de ce résultat, nous déplorons également que les parents aient été mis devant le fait accompli, apprenant très tardivement qu’Aurélie était remplaçante et n’étant associé à aucune discussion sur les modalités de transition.

Nous remercions vivement les personnes qui se sont associées à notre action. Si elle n’a en apparence pas donné de résultat tangible, elle a néanmoins permis de marquer le coup et de faire connaître la vigilance des parents d’élèves de l’école Marcel Pagnol. Ce qui n’est certainement pas inutile en prévision de la prochaine rentrée…

Publicités

ALERTE : NOS COLLEGES PUBLICS SONT EN DANGER !

Même si ce blog concerne l’école maternelle et primaire Marcel Pagnol, nous sommes tous concernés à court au long terme par ce qu’il se passe dans les trois collèges de Meyzieu.  Les collèges connaissent la dotation qu’ils auront pour la rentrée 2010.  Il leur faudra composer avec moins d’argent !  Cela entrainera notamment des effectifs plus importants dans les classes,  la suppression de certains enseignements, …

Une réunion d’information aura lieu le mercredi 5 mai à 18H00 à la maison des association, place Jean Monnet à Meyzieu, venez nombreux

Appel National pour l’École Publique : pétition

Appel national pour l'Ecole publique

Appel national pour l'Ecole publique


Plus de 20 organisations dont la FCPE lancent aujourd’hui une pétition pour exiger que les financements publics soient attribués en priorité à l’Ecole publique.
Voici le texte de la pétition à signer en ligne :

L’École publique, laïque et gratuite crée le lien social indispensable pour faire face aux défis d’un monde en crise. C’est elle, et elle seule, qui permet de garantir la cohésion sociale. Elle est pourtant aujourd’hui menacée par des choix politiques qui favorisent le privé et encouragent le consumérisme éducatif.

Redonnons la Priorité à l’École laïque !

Le service public et laïque d’éducation doit garantir à chaque élève une scolarisation de qualité sur tous les territoires. Il doit permettre à chacune et chacun, quelle que soit son origine culturelle ou géographique, quelle que soit sa condition, quel que soit son handicap, de bénéficier d’une éducation et de s’approprier « le vivre ensemble » dans un espace où la liberté de conscience est strictement respectée.

Aujourd’hui, le service public et laïque d’éducation n’est plus une priorité de l’état.

Les nombreuses décisions ministérielles le montrent :

  • les dizaines de milliers de suppressions d’emplois qui ne cessent de le frapper durement, le fragilisent en zone rurale et l’asphyxient en zone urbaine,
  • les aides publiques concédées aux établissements privés (à 95% catholiques) qui n’ont jamais été aussi élevées. Il s’agit de près de 7 milliards d’Euros octroyés chaque année par l’État, auxquels viennent s’ajouter les participations obligatoires versées par les collectivités locales,
  • la loi Carle qui amplifie le financement de la concurrence au service public et conforte la logique de « marché » scolaire,
  • la suppression de la sectorisation, qui transforme les parents d’élèves en consommateurs d’école,
  • le développement du privé par le plan banlieue, là où les besoins du service public sont les plus criants, là où la ségrégation sociale est la plus forte,
  • les accords « Kouchner Vatican » (qui remettent en cause les règles de collation des grades universitaires au bénéfice des instituts catholiques) ainsi que les projets de financement par l’état de l’enseignement supérieur privé.

Nous, signataires de cette pétition, refusons l’affaiblissement organisé par l’État, de notre service public et laïque d’éducation.
L’éducation n’est pas une marchandise. La liberté de conscience doit être respectée partout et pour toutes et tous. L’argent de tous doit cesser de financer les choix de quelques-uns.

Nous exigeons une orientation politique qui fasse clairement le choix de l’École publique, laïque et gratuite.

Nous réaffirmons qu’il n’y a qu’une École de la République.

Nous demandons que l’effort éducatif de la Nation soit réservé au développement de l’École de la Nation.

Publié dans mobilisations, système éducatif. Étiquettes : . 1 Comment »

Pétition contre le nouveau règlement de la cantine à Meyzieu

Pétition cantinepetition

Ask3D Team SignaturesNous vous informions en décembre de nos démarches auprès de la mairie pour faire entendre le mécontentement des parents suite à la modification du règlement des cantines de Meyzieu, sans aucune concertation, ni information préalable des parents (lire tous les articles relatifs à la cantine).

Un courrier, envoyé en décembre par chacune des associations de parents de chaque école, a été adressé à M. le Maire. Nous demandions un rendez-vous. Nous avons reçu en début de mois une lettre nous invitant à une réunion le 4 février. Cette réunion ne correspond pas vraiment à ce que nous avions demandé, dans la mesure où il s’agit d’une réunion annuelle prévue depuis quelques temps déjà. Nous serons vigilants à ce que nos demandes soient bien entendues, et que des réponses concrètes nous soient apportées.

Afin de faire prendre conscience aux services municipaux concernés que le mécontentement des parents est réel, nous lançons une pétition auprès des parents (voir texte ci-dessous). Ces pétitions pourront être signées dans les écoles. Contactez des représentants de parents de votre école pour en savoir plus.

Pour l’école Marcel Pagnol, les signatures auront lieu le vendredi 29 janvier, à 8h20 et à 16h20.

Soyez nombreux à venir signer cette pétition !

Nous lançons dans le même temps une version électronique de cette pétition, ce qui permet aux parents qui ne viennent pas sur l’école de la signer en ligne.

Pétition en ligne :

Il suffit de cliquer ici pour la signer.
petition

Texte de la pétition :

Les nouvelles modalités imposées depuis la rentrée (septembre 2009) concernant le règlement de la cantine sont devenues trop contraignantes pour les parents : prévenir 7 jours à l’avance pour modification de présence, payer 3 jours de carence en cas de maladie avec un certificat médical.
Nous demandons que le règlement soit revu en associant les parents délégués de toutes les écoles de Meyzieu à la réflexion menée par la municipalité
Cette pétition sera remise à M. le Maire lors de notre réunion prévue en févrierpetition

Journée d’action du 21 janvier

Une journée de grève est prévue dans la fonction publique et plus particulièrement dans l’Education Nationale ce jeudi 21 janvier. La FCPE s’associe à ce mouvement et publie un que nous reproduisons ci-dessous.

Pour rappel, la manifestation aura lieu à partir de 10h30 à Jean Macé à Lyon, pour se terminer Place Guichard.

*******

La FCPE, l’UNL et la FIDL  appellent les parents et les lycéens

à se mobiliser le 21 janvier 2010 !

Le 21 janvier, journée de mobilisation dans la Fonction publique, sera le moment pour la FCPE, l’UNL et la FIDL  de rappeler une fois de plus leur attachement à des services publics laïques, gratuits et efficaces.

Le gouvernement va droit dans le mur !

La politique dogmatique du gouvernement casse l’ensemble des services publics et en particulier le service public d’éducation. Cette liquidation n’est pas une « réforme » ou une « révision générale » mais un véritable bond en arrière!

Les attaques portées au service public d’éducation en matière de budget sont un danger sans précédent pour l’avenir des jeunes de notre pays. Les 50.000 postes d’enseignants supprimés depuis 2007 ont des conséquences très lourdes : classes de plus en plus chargées, options supprimées, remplacements non assurés, dégradation croissante des conditions de vie et de travail des élèves.

La suppression de la sectorisation, vecteur d’inégalités sociales et scolaires accrues au sein des établissements vient aggraver la situation déjà délicate pour nombre d’établissements scolaires.

La réforme de la formation des enseignants voulue par le gouvernement relève d’un recul sans précédent pour ceux qui aspirent à cette carrière comme pour les élèves des générations futures. En effet, il n’est pas possible d’enseigner sans véritable formation professionnelle, pédagogique et psychologique basée sur des heures d’enseignement, des stages obligatoires et des épreuves au concours.

La FCPE, l’UNL et la FIDL dénoncent les conséquences d’une réforme qui n’atteindra qu’un seul objectif en 2010 : la suppression de 18.000 postes dans l’Education nationale.

Elles tiennent à rappeler au ministre de l’Éducation nationale ainsi qu’au président de la République qu’aucune réforme du Lycée ne peut être applicable et efficace dans un tel contexte.

Une autre politique est nécessaire pour la cohésion de notre modèle de société !

Alors que la crise économique et sociale que nous subissons exige des réponses claires, la politique gouvernementale va à contresens des besoins et des attentes des citoyens.

Croire en l’avenir impose d’investir massivement dans l’éducation afin de donner un véritable droit à l’avenir aux jeunes plutôt que privilégier la réussite de quelques-uns au détriment  d’une formation de qualité pour tous les jeunes de notre pays.

C’est pourquoi la FCPE, la FIDL et l’UNL demandent :

–                     La mise en place d’un plan pluriannuel de recrutement et de formation de personnels enseignants et non enseignants dans les établissements publics.

–                     La mise en place d’un chantier pour rétablir une cohérence avec une véritable  sectorisation et une offre de formation correspondante.

–                     L’abrogation des décrets dits de masterisation et une augmentation des temps de formation pédagogique et psychologique théorique et pratique pour tous au sein d’une nouvelle réforme de la formation des enseignants.

Afin de défendre l’ensemble des services publics pour une éducation et une formation de qualité, la FCPE, la FIDL et l’UNL appellent tous les lycéens et les parents d’élèves à rejoindre sur cette plateforme les manifestations le 21 janvier 2010 et à organiser des assemblées générales communes au sein des établissements scolaires.

Á Lyon, la manifestation partira de la place Jean Macé à 10h30 le jeudi 21 Janvier
passage vers le Rectorat et l’Inspection Académique puis direction place Guichard

Bonne mobilisation.

La coordination… mais qu’est-ce que c’est ?

Plutôt que d’agir chacun dans son coin, tous les parents délégués des 8 écoles maternelles et primaires de  Meyzieu ont décidé, il y a quelques années déjà, de créer une coordination. Une façon de mettre en commun les informations, les problèmes mais surtout les solutions et les actions.

Nous avons eu une première réunion au mois de novembre pour mettre à plat les problèmes rencontrés dans toutes les écoles.

Notre principal « combat » de cette année est le nouveau règlement de la cantine, comme nous en avons déjà parlé dans notre journal ou sur notre blog. Et donc, nous avons pris la décision de mener des actions communes, qui ont commencé par l’envoi d’une lettre (une par école) à la mairie…

Nous avons une prochaine réunion mi-janvier qui nous permettra de  faire le point en ce début d’année 2010…

Les RASED sont bel et bien en train de disparaître !

N’en déplaise à tous ceux qui ont tenté de nous rassurer lorsque nous les avons rencontré lors des différentes manifestations que nous avons organisées, et qui nous ont expliqué que nous étions pessimistes, que personne ne souhaitait la disparition des RASED : ils se sont trompés, ou plutôt, ils ont voulu nous tromper !

M. le Maire nous avait assuré que Meyzieu ne serait pas concerné : 2 postes en moins ! L’inspecteur nous avait dit que nous voyions tout en noir : 1/3 d’enseignants spécialisés en moins sur le Rhône ! Pourtant, on nous avait parlé de recul du gouvernement… Pour mieux sauter surement ! 1/3 des enseignants spécialisés en moins : c’est exactement la proportion qui avait été annoncée au départ. Qui a cédé ? Pas ceux qui nous gouvernent en tout cas.

Comment en arrive-t-on à ce chiffre : 89 départs sur 244 enseignants spécialisés sur le Rhône (nous parlons des enseignants d’adaptation et des rééducateurs) ? Entre les postes sédentarisés (qui donc n’interviennent plus sur un réseau), les glissements de postes (vers des postes REP), les postes gelés, les départs volontaires (lorsqu’ils ont vu ce qu’allaient devenir les RASED), on arrive à ce chiffre. Rajoutons à cela que la formation de ces enseignants a tout simplement été annulée. La source est donc réellement tarie.