La cantine au pays des Bisounours !

Ah les joies de la communication ! Vous avez sûrement vu que le journal municipal Cap Meyzieu (n°84 – décembre 2009) de ce mois-ci consacre un grand article à la restauration scolaire. Et qu’apprend-on sur ces 4 pages ? Que tout va pour le mieux dans les cantines de Meyzieu.

Bien entendu, nous ne mettons pas en cause la cuisine centrale ni les personnes qui y travaillent, pas plus que celles qui s’occupent de faire manger nos enfants dans les écoles. Nous ne parlons pas de la qualité de la nourriture. Nous pourrions parler par contre du manque de place pour accueillir tous les enfants car bon nombre de parents doivent trouver des solutions alternatives.

Nous avons déjà parlé dans notre journal du problème que pose le nouveau règlement concernant la restauration scolaire, nous avons d’ailleurs reproduit l‘article dans ce blog. Nous avons alerté la mairie dès le mois de juin, en vain. Outre l’absence répétée de la mairie dans bon nombre de conseils d’écoles, les relations autres que par lettres sont devenues impossibles. C’est pourquoi nous avons envoyé un courrier au maire pour demander un rendez-vous et aborder ces problèmes avec lui et les services concernés. Ce courrier a été envoyé par chaque association de parents d’élèves des écoles de Meyzieu.

Et que peut-on lire dans l’édito du maire du dernier Cap Meyzieu ?

« (…) nous avons décidé en juin 2009 de mettre en place un règlement plus contraignant pour obtenir un taux d’occupation plus important des places disponibles. »

J’avoue que je ne suis pas certain de comprendre : le règlement plus contraignant (c’est un euphémisme !) permettra de mieux remplir les cantines ? Que faut-il comprendre par « taux d’occupation plus important des places disponibles » ? Qu’en mettant des bâtons dans les roues des parents, ceux-ci vont finir par se décourager et désinscrire leurs enfants ? Que ceux qui ont la chance d’avoir obtenu une place vont être plus dociles de peur de se faire virer ? Parce que quand on ne met pas notre enfant à la cantine, c’est par pur caprice ? Nous ne nions pas que cela peut arriver avec certains, mais ça ne doit concerner qu’une infime partie des parents. Autrement dit, il faudrait donc pénaliser l’ensemble des familles pour régler un problème qui est exceptionnel.

Mais nous ne voyons toujours pas le lien entre cette contrainte (délai de carence de 3 jours : la cantine est facturée même si l’enfant est malade et qu’il fournit un certificat médical) et la meilleure gestion des stocks. Nous aurions aimé poser la question, mais nous n’avons pas encore pu rencontrer les représentants de la mairie.

M. le maire continue dans son édito sur l’intérêt de la cantine : ce sont « des lieux dans lesquels un projet éducatif est mis en place … » ; « l’éducation du goût et la connaissance des cultures culinaires des différentes parties du monde apportent à nos jeunes écoliers des connaissances supplémentaires ». Nous partageons ces propos, et c’est bien la raison pour laquelle il nous semble primordial d’offrir à tous les enfants la possibilité de manger à la cantine. Ce n’est pas en rendant ce moment difficile pour les parents qu’on va y arriver.

Allons maintenant un page 11 qui marque le début du dossier sur les restaurants scolaires. Mme Pauget (adjointe aux affaires scolaires) précise dès la deuxième phrase que « ce n’est nullement une obligation municipale« . Là, on frise le ridicule : imaginez un seul instant un commune de près de 30 000 habitants ne proposant pas de solution pour le repas de midi dans ses écoles ! Certes, ce n’est pas une obligation au sens strict, mais ce serait un suicide politique de ne pas le faire.

Nous sommes conscients de l’immensité de la tâche pour gérer tout ça. L’article donne des précisions intéressantes. Au hasard, quelques informations : 1500 repas par jour (pour les enfants et les personnes âgées) ; 61% des enfants profitent de la cantine, plus ou moins régulièrement ; rôle important de la diététicienne (Stéphanie Bazin) ; animation de ce temps péri-scolaire, etc.

Par contre nous pouvons lire en page 13 qu’un pointage est fait tous les matins pour ajuster le nombre de repas. Est-ce à dire que si un enfant est absent, son repas n’est pas livré ? Mais alors pourquoi le faire payer ? Peut-on comprendre que la possibilité est alors laissé à des parents d’inscrire au dernier moment leur enfant pour être dépannés ? Si cette latitude existe (et c’est tant mieux pour ces parents), cela veut-il dire que le repas est facturé deux fois ?

Nous réaffirmons que tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondes de la cantine. Nous ne sommes pas dans les Bisounours. Ce n’est pas la qualité, l’encadrement, les locaux (encore que, nous aurions des suggestions à faire parfois), mais la gestion municipale qui nous fait basculer dans un monde semé d’embûches pour les parents. Nous avons demandé une audience auprès du maire, nous attendons toujours sa réponse. La cantine sera évoquée lors du prochain conseil municipal (16 décembre), nous y serons présents pour entendre la teneur des discours.

Certains élus de l’opposition se sont déjà prononcés contre ces nouvelles dispositions (je vous renvoie aux pages « libre expression » de Cap Meyzieu), mais ils ont depuis reçu une fin de non recevoir de la part de M. le maire.

Nous vous tiendrons informés de la suite des événements.

Publié dans vie de l'école. Étiquettes : . Leave a Comment »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :